• Il est passé à"Le Dejazey" Bars en Trans le vendredi 4 décembre 2015

    Avec sa production hyper sèche et ses mélodies gentiment gangster, la folk blues crasseuse de Don Cavalli serait la B.O. parfaite pour une échappée dans le sud des US, la police aux trousses et la poussières aux fesses. On s’imagine dans l’arrière salle d’un motel miteux à siroter un mauvais bourbon pendant qu’un vieux standard soul s’écoule des enceintes hors d’âge. C’est ça Don Cavalli, une soul folk trempée dans la sueur d’une longue journée qui ne semble pas vouloir se terminer comme on l’aurait souhaité…

    Ce qu'en disent les inrocks

     


    votre commentaire
  • Ils sont passés à "Le Ty Anna" Bars en Trans le jeudi 3 décembre 2015

    Le plaisir de déjà les avoir vu au coq !

    Avec leur 2ème album, Inch’Allah Baby, mis en valeur par Justin Adams et Tim Oliver dans les studios de Real World, Temenik Electric téléscope les riffs rock, la transe électro avec les musiques populaires du Maghreb

    Ce qu'en disent les inrocks :

    Ouesh Hada ? (“Qu’est-ce que c’est ?”), tel est le titre du premier album chaud bouillant de cinq Marseillais revenus tout chamboulés de leur voyage en Algérie en 2010, et qui pimentent désormais de harissa destructrice leur rock mâtiné d’électro. Elaborée au Nomad’ Café, lieu-clé de la vie musicale à Marseille, la musique abrasive de Temenik Electric n’a pourtant rien d’exotique : “arabian rock” d’accord, mais direct, immédiat, évident même pour les non arabophones. On se gardera donc d’apporter une réponse au titre de l’album puisque la question se suffit à elle-même : si elle sous-entend un certain nombre de constats peu réjouissants, elle prend aussi acte d’un multiculturalisme bien incarné, bien ancré, soit la mise à mort définitive de toutes les stupides “identités nationales”.

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Il est passé à "La Trinquette" Bars en Trans le samedi 5 décembre 2015

    De ses années de route entre Laval et la Chine qu’il a parcouru avec son précédent projet musical, La Casa, Pierro devenu Mazarin, compose en français une pop faussement uptempo. De ses années en groupe, il conserve l’art délicat de la ritournelle à siffler l’été au soleil, l’hiver au coin du feu en construisant de belles chansons bricolées à la maison en superposant boucles rythmiques et claviers espiègles, bidules électroniques, sur fonds d’accords mineurs.

    Inrocks Lab

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique